Lorsque les « orphelins de père » renaissent

● Texte : Elsbeth Cachelin ● Photos : MAD

 

Violence, alcool et abandon à Budapest : l’Armée du Salut apporte l’espoir au milieu de la misère.

L’Armée du Salut est très demandée au XVIIe arrondissement de la capitale hongroise. Les enfants, qui entrent comme dans un moulin dans les locaux du Poste (paroisse salutiste) de Budapest-Rákoscsaba, viennent de familles instables. La violence, la consommation d’alcool ou l’absence de père les a rendus « orphelins », et ils n’ont aucune idée de ce qu’est un bon père. L’Armée du Salut leur a offert, à eux et à leurs mères, mieux qu’un toit, un chez-soi, dans son foyer pour mères et enfants, où ils participent également aux activités et autres événements organisés par l’Armée du Salut. Cela leur permet de renaître moralement et spirituellement.

Pour que les victimes sortent de la spirale
Les victimes deviennent souvent elles-mêmes des agresseurs. Les activités pour enfants et jeunes organisées par le Poste de Budapest-Rákoscsaba ont donc un caractère préventif et comprennent beaucoup de jeux, de discussions et de chants, ainsi que des moments pour étudier la Bible comme un guide pour la vie en communauté. Lorsque les enfants arrivent en sortant de l’école, ils reçoivent également un repas sain. Ils apprennent enfin comment entretenir de bonnes relations avec leur entourage.

Hygiène, loisirs et excursions
Chaque été, les Postes de l’Armée du Salut organisent un programme varié pour la journée. Les enfants qui y participent commencent par déjeuner, puis suivent des leçons ludiques sur des thèmes tels que l’hygiène, le comportement en famille et des récits bibliques. Les journées se terminent par des moments de chant, de musique, de bricolage, voire une sortie. De la nourriture copieuse et appétissante est tous les jours au menu. Sorties en montagne, à la piscine, vers une attraction touristique ou aux alentours d’un lac : les enfants qui ne sont jamais sortis de leur arrondissement ou de leur village et qui ont à peine l’argent pour le strict minimum vital apprécient particulièrement ces expériences.

Refuser l’héritage parental
En plus d’améliorer les conditions de vie, l’œuvre salutiste se base sur la foi chrétienne. « Il est important que les enfants réalisent qu’ils ne sont pas obligés d’emprunter la même voie que leurs parents », explique le major Bernhard Wittwer, responsable régional de l’Armée du Salut en Hongrie. « Notre expérience montre que la foi en Jésus-Christ peut opérer un réel changement dans la vie de ces enfants. » En paroles et en actes, les enfants découvrent qu’ils ont de la valeur et qu’ils peuvent mener une vie bénie avec Jésus. Leur donner un fondement positif est la seule manière de stopper cette spirale de violence, de pauvreté et d’échec.

Appel à l’aide des anciens
Les conséquences négatives de la dépendance à l’alcool et de la violence domestique diminuent dans plusieurs villages hongrois où l’Armée du Salut est présente, à tel point que les anciens d’autres villages demandent l’aide de l’Armée du Salut. Bernhard Wittwer commente : « La foi en Christ transforme les gens depuis l’intérieur et leur offre une nouvelle perspective. C’est ce dont les personnes en marge de la société ont tellement besoin. »

Reléguées de foyer en foyer 
Kitti (14) et Vanessza (16) ont confié leur vie à Dieu lors d’un camp d’été. Leur histoire est très encourageante : depuis leur naissance, ces deux filles ont été transférées d’un foyer à un autre, ne possédant jamais un lit à elles, sans parler d’une chambre. Les services de protection de l’enfance voulaient les enlever à leur mère, qui ne pouvait leur offrir un logis adapté. Celle-ci est retournée habiter avec le père de Kitti et de Vanessza pour pouvoir les garder à ses côtés, mais elles ont dû fuir à nouveau parce qu’il était violent. L’officier de l’Armée du Salut Gazsó Gábor se souvient : « Nous avons prié pour cette situation et fait des pieds et des mains pour que les enfants ne soient pas séparés de leur mère, car elles entretiennent une bonne relation. » Dieu a exaucé leurs prières ! Mère et filles vivent aujourd’hui dans le foyer pour mères et enfants de l’Armée du Salut à Budapest. « Nous sommes touchés de pouvoir leur offrir enfin un chez-soi, alors que leurs jeunes vies ont déjà été marquées par tant d’épreuves, et de savoir qu’elles ont reçu l’aide du Dieu vivant, un Dieu qui a fait tourner beaucoup de choses positivement dans leur vie de tous les jours. »

 

Découvrez également les offres pour les enfants de l'Armée du Salut en Suisse.